Fil Infos     >> Le secrétariat du Comité d'Entreprise de l'ADAPEI de la Loire est ouvert les lundi, mardi et vendredi de 9h15 à 12h15 et de 13h15 à 17h15.  ...  

INTERVENTION M. CHAUVIERE

 SESSION DE RENTREE 2015-2016
Lundi 31 août 2015
 
« Quelle place pour les métiers sociaux face aux contraintes de la société néolibérale ? »
 
Préambule : GOUTELAS : Son histoire :

Il nous semble important d’expliquer pourquoi nous avons choisi le château de Goutelas pour nos journées de réflexion, car son histoire reflète un idéal conforme à nos propres aspirations.
Le château de Goutelas fut rénové dans les années 60 sous l’impulsion d’un jeune avocat lyonnais, Paul Bouchet, né dans le Forez. Grâce à son action qui a rassemblé des ouvriers lyonnais travaillant dans le secteur du bâtiment et siégeant aux Prud’hommes, des artisans, des intellectuels ainsi que des paysans du village participèrent à sa remise en état. L’ensemble de ces personnes issues de milieux socioculturels différents a travaillé durant de très nombreuses heures bénévoles pour faire de Goutelas un lieu d’échanges culturels débarrassé de sa symbolique aristocratique. Ce lieu est actuellement labellisé comme un haut lieu de rencontres culturelles. (Séminaires, expositions, etc.). Un site internet est dédié au Château et aux activités qui s’y déroulent
 
Bruno Troncy
Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue à cette 4ème journée de session annuelle de rentrée. Ces 4 journées s’inscrivent dans la thématique commune de la « refondation contrainte du secteur médico-social ».
 
En 2012, nous avions accueilli Mme Ledig pour traiter de la mutation de la référence des pratiques professionnelles à travers la pratique managériale. M. Gori lui a succédé en 2013 en évoquant la prolétarisation des acteurs du secteur par le dessaisissement de leur savoir faire. En 2014, M. Benoit Vandoolaeghe a traité des mutations politiques et économiques du secteur. Enfin, à l’occasion de cette session de rentrée 2015, M. Michel Chauvière, va nous présenter la place prépondérante prise par la technocratie gestionnaire dans notre pratique professionnelle.
 
L’ensemble de cette réflexion menée sur 4 ans prend tout son sens aujourd’hui, dans le contexte actuel de l’Adapei de la Loire : l’employeur a dénoncé un ensemble d’accords d’entreprise qui amélioraient nos conditions de travail, sachant que l’unique but de ces dénonciations est de répondre aux objectifs économiques sans aucune prise en compte des impacts sur l’activité professionnelle.
 
Un article du journal « Le Monde » vous a été distribué. Il est cosigné par un collectif de chercheurs dont M. Chauvière. Il fait référence à ce qui se passe dans notre quotidien et puis ce que nous allons évoquer aujourd’hui.
Merci également à M. Fustier pour sa présence amicale parmi nous. Je passe la parole à Rémy Weill, trésorier du CE, qui va vous présenter plus en détail notre invité ainsi que le travail de la journée.
 
Rémy Weill
Bonjour, je suis trésorier du CE et élu au CHSCT. Je veux rappeler que M. Fustier, est une figure dont la pensée a accompagné l’évolution des métiers de l’éducation spécialisée puisqu’il est le co-fondateur de l’école d’éducateur de Lyon « Recherches et Pro » et par extension, cofondateur de l’école de la Loire, Loire pro qui est à l’origine de l’IREIS. Chacun de vous a certainement lu et travaillé au cours de sa formation des ouvrages de Paul Fustier et particulièrement l’identité de l’éducateur spécialisé. Il est donc aussi un témoin privilégié des mutations, puisqu’il a participé à la description très fine et subtile de nos métiers, notamment dans sa théorisation de ce qu’il désigne comme « le lien d’accompagnement.
Aujourd’hui, nous constatons que c’est dans cet espace intime du lien d’accompagnement, que les techniques managériales percutent notre savoir-faire et ébranlent ce que nous croyions être l’objet du travail accompli dans le cadre de notre contrat de travail.
 
Notre invité cette année, c’est Michel Chauvière, sociologue, dont l’œuvre monumentale a également accompagné l’évolution du secteur médicosocial. Son dernier ouvrage « Trop de gestion tue le social » a été précédé de nombreux autres ouvrages dont, je cite, entre autres : « Pénalisation de la pauvreté et privatisation de l’action sociale » ; « Le travail social dans l’action publique » ; « Qui gouverne le social ? « ; « Reconstruire l’action sociale. » etc.
 
En 2011, Mme Lydia Ledig, collaboratrice de Joseph Rouzel pour finir son introduction a tenu à citer trois auteurs, pour élargir notre réflexion : Jean-Pierre Lebras, psychanalyste pour son travail sur la capacité de l’homme à conserver son autonomie et sa capacité de décision même dans les pires situations ; Hannah Arendt, philosophe et penseur incontournable de la pensée totalitaire et le troisième auteur, Michel Chauvière qu’elle a présenté comme le sociologue des travailleurs sociaux.
Elle le cite : « Le service rendu aux plus défavorisés devient un service vendu. » Il utilise le concept de chalandisation, le travail social est dans un processus de chalandisation.
 La démarche qualité oublie totalement la subjectivité ou le temps nécessaire à la relation. « L’administration est-elle soucieuse de l’usager ou de sa propre image ? ».
 
Je vais donc passer la parole à M. Chauvière qui est, avec M. Gori, un des cofondateurs de « l’Appel des Appels », mouvement de contestation avec pour objectif de répondre et ne pas céder aux menaces qui pèsent sur notre métier suite à l’application de textes issus de la loi de refondation sociale, votée sous le mandat de N. Sarkozy.

INTERVENTION DE Mr CHAUVIERE
 
VOUS POUVEZ LIRE L’INTEGRALITE DE CETTE INTERVENTION DANS LA RUBRIQUE ARCHIVE DES EDITOS